Nuits noires et blanches le long du littoral, les réverbères m'éclairent. Nuits solitaires le long des berges je croise les noctambules me fondant dans le paysage. Au fur et à mesure de ma progression le grain se pose et se fixe.

 Places inertes et agitations nocturnes se figent au milieu de l'obscurité. Crues et granuleuses les images viennent à moi : quelques kilomètres de lumières artificielles des Catalans au Goudes. Marseille : ville demi-endormie tu nous fais tous prendre un train de nuit.


Pour voir et figer la nuit dans ces endroits où la mer oscille entre ennui et fête il m'a fallu prendre le grain de nuit. Comme pour un train de nuit il a fallu payer mon ticket en insomnies.

16-09-09
G.  Boin

Grain de nuit

P9060076.jpg
Copie de callelongue-200.jpg
FAUVE-2.jpg
spotCouples.jpg